AGNews

©AG news 2002

PERSONALITY

  • THE COLONEL JEAN BIGOMAGU
  • RUTAMUCERO Diomède
  • SIMBANANYE Arthémon
  • Libère Bararunyeretse

 

 


Communiqué suivant | | retour au sommet

AGnews

April 2002

©AG news 2002

THE COLONEL JEAN BIKOMAGU

"Tutsi paratroopers assassinated Ndadaye on October 21, 1993, abruptly ending the four-month experiment with democracy in the central African state. The predawn coup was led by army chief of staff Colonel Jean Bikomagu and former president Jean Baptiste Bagaza, who was himself overthrown in 1987. The paratroopers arrested Ndadaye and detained him at the Muha barracks on the outskirts of Bujumbura before executing him. The coup was the fifth since the country's independence in 1962, and led to unprecedented violence and death. More than 200,000 deaths were caused by the unrest, equaling if not exceeding the casualties that occurred in the 1972 genocide that swept the country. Tribal massacres drove nearly a million Burundians into neighboring countries to escape the slaughter."


IRIN Update No. 672 for Central and Eastern Africa (Monday 17 May 1999)

BURUNDI: Five sentenced to death in Ndadaye murder trial

The Supreme Court has sentenced five people to death for their involvement in the 1993 assassination of President Melchior Ndadaye, BBC Kirundi service reported. They were named as Paul Kamana - an officer who is in exile and regarded as the ringleader -, Laurent Nzeyimana, Juvenal Gahungu, Sylvere Nduwumukama and Emmanuel Ndayizeye. They are among a total of 79 people sentenced by the court. The others received sentences ranging from 20 years to one year. Another 38 people were acquitted including high-ranking officials such as the former army chief of staff Colonel Jean Bikomagu, the former defence minister Colonel Charles Ntakije and Colonel Isaie Nibizi who was charged with the president's security.

Burundi analyst, Jan van Eck of the Centre for Conflict Resolution in South Africa, told IRIN on Monday the long-running trial - begun under Ndadaye's successor Sylvestre Ntibantunganya - had been controversial from the beginning. He said it was courageous of President Pierre Buyoya to continue the trial as he risked alienating his own supporters, but the real ringleaders were outside the country and it was doubtful whether those who wanted real justice for Ndadaye's murder would be satisfied. "This trial raises the whole issue that Burundians are battling with," Van Eck said. "Do you conclude a trial like this before a peace agreement is in place which would make the institutions more legitimate?" While the trial did not undermine the peace process as it demonstrated an attempt to end impunity in the region, it was a question of perception in that the institutions would be regarded as biased."


Site : http://www.pitt.edu/~ginie/news/b8-16.txt

IRIN Daily Summary of Main Events in Burundi 16 August 1996

The Burundian Army is reported to have had an indifferent reaction to the UN report questioning the role of the Army in the 1993 assassination of Melchior Ndadaye, Burundi's first Hutu president. The report pointed the finger at Colonel Jean Bikomagu the military chief of staff at the time of the 1993 and still in office, but failed to produce enough evidence to proceed with prosecution. A spokesman for the Army is reported to have said, "if some soldiers are punished, no problem".


Site: http://www.cpsr.org/cpsr/privacy/privacy_international/ country_reports/1993_us_state_dept_human_rights_guide/burundi.txt

TITLE: BURUNDI HUMAN RIGHTS PRACTICES, 1993 DATE: JANAURY 31, 1994 AUTHOR: U.S. DEPARTMENT OF STATE

"The President and Vice President of the National Assembly, the Minister of Territorial Administration, and the head of the Center for Documentation (Intelligence) were also killed in the coup attempt, along with the wife of the Foreign Minister and a family friend. Some government ministers initially accused the Army Chief of Staff, Lieutenant Colonel Jean Bikomagu, of backing the coup attempt, but he denied involvement, as did other senior officers. In an October 31 press conference, the Prime Minister gave Bikomagu a qualified vote of confidence."


Site: http://www.christusrex.org/www1/news/7-96/gw7-26-96.html

DIE WELT - Freitag 26. Juli 1996 - Ausland

In Burundi regiert nur noch das Chaos

Nach dem Koalitions-Kollaps droht ein Bürgerkrieg zwischen verfeindeten Tutsi- und Hutu-Clans - Warnung vor Intervention

Von THOMAS KNEMEYER
Kapstadt/Bujumbura - Die dramatische Zuspitzung der Lage in Burundi, ausgelöst durch den Kollaps der Koalitionsregierung aus Hutu- und Tutsi-Parteien, war nach Erkenntnissen westlicher Diplomaten vorauszusehen. Das vermutlich von Hutu-Extremisten verübte Massaker an mehr als 300 Tutsi am vergangenen Wochenende sei lediglich das auslösende Moment gewesen. Seit Monaten habe das tiefe Mißtrauen zwischen der Hutu-Partei Frodebu und der Tutsi-Partei Uprona ein gemeinsames Regieren verhindert. Jetzt regiere nur noch das Chaos.

Die Uprona hatte Präsident Sylvestre Ntibantunganya am Mittwoch des Hochverrats bezichtigt. Das Staatsoberhaupt flüchtete daraufhin in die US-Botschaft, andere Regierungsmitglieder in die deutsche Botschaft. Etliche Hutu-Minister haben schon vor einiger Zeit Burundi verlassen. "Eine Regierung gibt es nicht mehr", so ein Diplomat in Bujumbura.

Die von Tutsi-Offizieren geleitete Armee hatte Regierungsanordnungen schon seit einiger Zeit nicht mehr befolgt. Armeechef Jean Bikomagu befehligt 10 000 Soldaten und gilt als der eigentliche Machthaber in Burundi - jetzt mehr denn je. Seine Armee betrachte die Intervention einer ausländischen Friedenstruppe als eine Bedrohung. Colonel Bikomagu sagte vor kurzem: "Ich kann nicht sagen was geschähe, wenn der Präsident im Ausland um Intervention bittet. Wir werden mit den Rebellen selbst fertig. Wir brauchen keine Hilfe, wir brauchen einen Rechststaat."

Davon ist Burundi indes mehr denn je weit entfernt: während es in der von Tutsi absolut beherrschten Hauptstadt relativ ruhig bleibt, werden in den Dörfern auf dem Land Monat für Monat Tausende Zivilisten ermordet. Rebellen und Regierungstruppen schieben sich gegenseitig die Schuld zu.

Die Drohung des OAU-Generalsekretärs Salim Ahmed Salim, eine Machtübernahme der Tutsi mit militärischer Gewalt zu beantworten, wird von Beobachtern in Bujumbura als ein gefährliches Vorhaben bezeichnet, das ein Blutbad auslösen könnte. Hunderttausende Hutu-Flüchtlinge, die in Nachbarländern wie Zaire und Tansania flüchteten, würden darin die lang erhoffte Chance erkennen, der einmarschierenden Truppe zu folgen und an den Tutsi- Machthabern Rache zu nehmen. Die Friedenstruppe wäre sehr wahrscheinlich auch ein Angriffziel für Armeesoldaten und Rebellen: sie müßte mit allen Kombattanten gleichzeitig fertig werden. Deshalb hat die südafrikanische Regierung, die über die stärkste Armee der Region verfügt, eine Entsendung von Soldaten rundweg abgelehnt. Man werde nur logistische Hilfe leisten, erklärte Präsident Nelson Mandela.

Nach Ansicht von Diplomaten setzt eine erfolgreiche Intervention in Burundi zunächst einen Waffenstillstand zwischen Rebellen und Armee voraus. Erst dann könnte es mit internationaler Vermittlung gelingen, eine neue Verfassung auszuhandeln, die der Tutsi-Minderheit das Überlebensrecht garantieren und gleichzeitig der demokratischen Mehrheitsforderung der Hutu gerecht würde.

Eingedenk des Völkermordes im benachbarten Ruanda vor zwei Jahren, als Hunderttausende Tutsi ermordet wurden, müßte eine solche Verfassung aber mit militärischer Macht untermauert werden - sei es von den Sicherheitskräften Burundis oder einer Friedenstruppe. "Wenn ein Dutzend Männer mit Macheten im Begriff sind, jemanden umzubringen, dann nutzt es ihm wenig, ihnen die Verfassung vorzuhalten," sagt Frederic Ngentsebuhoro, der Fraktionsvorsitzende der Uprona. "Wir brauchen Versöhnung und echte Machtteilung. Wir brauchen einen Mann wie Nelson Mandela."


Site : http://www.acgenocide.net/documents/partie2.htm

NB: Bikomagu est aujourd'hui senateur à Bururi. (2002)

"Vers 14 heures ce jour-là, un "comité de gestion de la crise" a été constitué au quartier général de l'armée. Cet organe était présidé par François Ngeze, député hutu membre de l'UPRONA et ex-ministre de l'intérieur du gouvernement Buyoya, le lieutenant-colonel Jean Bikomagu, chef d'état-major de l'armée et deux autres lieutenants-colonels, Pascal Simbanduku et Jean-Bosco Daradangwe. Le lieutenant-colonel Sylvestre Ningaba, qui avait été libéré de prison, les a rejoints par la suite. Le Comité a ordonné aux commandants militaires dans les provinces d'arrêter les gouverneurs et de les remplacer, a replacé la gendarmerie sous le commandement de l'armée et a convoqué les dirigeants politiques et les diplomates étrangers pour "examiner les moyens de gérer la crise". À 21 heures, Ngeze, se présentant comme le président d'un fantomatique "Conseil national de salut public", a annoncé un certain nombre de mesures en vue de "gérer la crise", entre autres le remplacement des gouverneurs."


Site: http://www2.minorisa.es/inshuti/cronolo.htm

Cronología de los sucesos más importantes acaecidos en Burundi desde 1987

27 Mar. 1995
El jefe de Estado mayor Bikomagu declara sobre RFI que "los gendarmes de Buyenzi han cometido masacres pero que ahora ejército lo controla todo".


Site : http://timelines.ws/countries/BURUNDI.HTML

1996  Aug 20, In Burundi Pierre Buyoya sacked his army chief, Jean Bikomagu,  who was implicated in the 1993 assassination of the first Hutu president Melchior Ndadaye. He also fired 2 more powerful military officers.
 (WSJ, 8/21/96, p.A1)(SFC, 8/21/96, p.A9)(SFC, 8/22/96, p.E5)


Site: http://www.web.amnesty.org/ai.nsf/Index/
AFR160131998?OpenDocument&of=COUNTRIES%5CBURUNDI

The trial of those accused of assassinating President Melchior Ndadaye and of participation in the attempted coup of 21 October 1993

The trial by the Supreme Court of 79 people accused of assassinating President Ndadaye has moved very slowly. Key defendants remain at liberty. They and others reported to have been implicated in assassination of President Ndadaye and the attempted coup have been appointed to senior positions within the army and government or in business in which they may be able to hinder investigations, intimidate witnesses or carry out further human rights violations. They include the then Minister of Defence, Lieutenant Colonel Charles Ntakije, the then army chief of staff, Lieutenant Colonel Jean Bikomagu, Lieutenant Colonel Isaie Nibizi, who was the commander of the military barracks responsible for President Ndadayes security and is currently spokesperson for the armed forces and François Ngeze, a Hutu member of UPRONA and member of parliament who was named as the head of the Conseil national de salut public, National Council of Public Salvation appointed by the coup plotters to head the country.


Site: http://rulers.org/indexn1.html

Ndadaye, Melchior (b. March 28, 1953, Nyabihanga, Muramvya, Burundi - d. Oct. 21, 1993, near Bujumbura, Burundi), president of Burundi (1993). He spent many years in exile in neighbouring Rwanda after the massacre of some 200,000 Hutu in 1972. In 1989 he was appointed adviser to the Rural Development Ministry. He became the first member of the Hutu ethnic majority to rule after his Front for Democracy in Burundi (Frodebu) and two allied parties won two-thirds of the seats in the National Assembly in June 1993 elections. His triumph in the country's first free elections after 26 years of military rule marked the end of centuries of domination of the Hutu by the Tutsi, who initially accepted their historic defeat. Ndadaye was known for his calm demeanour and for his skill in leading Frodebu through difficult times. As president he appointed a broadly based government, including a woman prime minister (a Tutsi), and he promised to work for national reconciliation and to strengthen Burundi's human rights. His reign was abruptly ended by the Tutsi, however, when he was killed in a bloody coup led by former president Jean-Baptiste Bagaza and Army Chief of Staff Col. Jean Bikomagu.



Communiqué suivant | | retour au sommet


AGnews

April 2002

©AG news 2002

RUTAMUCERO Diomède

Site: http://www.africa-confidential.com/country.asp?ID=6

Vol 40 Number 17 - 27 August 1999
No jogging

Even Bujumbura's early-morning groups of joggers are being stopped and searched by gendarmes posted around the city by order of Burundi's ruler, Major Pierre Buyoya. He has banned 'collective sport' to prevent gatherings by a Tutsi private militia, Puissance d'Autodéfense-Amasekyana. The President of PA-Amasekyana ('Power'),
Diomède Rutamucero, was arrested and gaoled on 26 July. Rutamucero had written to the authorities claiming the civilian population needed to defend itself, because security was deteriorating. On 12 August, Iteka, a human rights organisation, complained of 'increasingly incisive' attacks by Hutu rebels, noting that raids and killings had spread into previously peaceful provinces such as Rutana and Ruyigi. On 5 August, the Minister of Defence, Colonel Alfred Nkurunziza, acknowledged there had been a revival of violence. He said the trouble had been started in preparation for the next peace negotiations, due in Arusha in September.


Site: http://www.reliefweb.int/w/rwb.nsf/
6686f45896f15dbc852567ae00530132/
fc591e6f1b49b3e0c1256b450059b153?OpenDocument

Burundi/Processus de paix: Une organisation extrêmiste rejette l'assemblée de transition

FONDATION HIRONDELLE - AGENCE DE PRESSE HIRONDELLE A ARUSHA
BURUNDI - PROCESSUS DE PAIX
NEWS DU 18 JANVIER 2002

Bujumbura, 18 janvier 2002 (FH) - Puissance d'autodéfense (PA) Amasekanya, une organisation extrémiste tutsie, a déclaré rejeter l'Assemblée nationale de transition burundaise, affirmant qu'elle est dominée par des "responsables du génocide des Tutsis". Dans une pétition publiée jeudi, 1327 membres de PA-Amasekanya écrivent :"Nous Burundais, membres de PA-Amasekanya et nous, qui soutenons le combat de ce mouvement qui résiste contre le génocide des Tutsis soutenu par FRODEBU-CNDD-FDD, le PALIPEHUTU/FNL et leurs alliés, portons à la connaissance de la communauté nationale et internationale que nous rejetons la soit-disante assemblée".

L'organisation fait spécifiquement référence au président de l'Assemblée nationale, Jean Minani, issu du principal parti à dominante hutue, le FRODEBU, et à son deuxième vice-président, Schadrack Niyonkuru, du Parti du peuple (PP), rentré fraîchement du Danemark où il s'était exilé.

En 1993, Jean Minani et Schadrack Niyonkuru avaient appelé les Burundais à la résistance contre les auteurs du coup d'Etat perpétré contre le premier président démocratiquement élu, Melchior Ndadaye (Hutu). Melchior Ndadaye avait été assassiné par des militaires tutsis, sa mort déclenchant des violences à caractère ethnique, et une guerre civile qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui.

Cette pétition constitue une première contestation d'envergure de la nouvelle Assemblée nationale de transition, qui comprend des parlementaires issus de l'ensemble des parties signataires de l'accord de paix inter-burundais du 28 août 2000, à l'exception du Parena, le parti de l'ex-président Jean-Baptiste Bagaza, qui n'a pas souscrit à l'engagement d'application de cet accord.

Selon PA-Amasekanya, "les membres de l'Assemblée nationale ne peuvent pas être nommés par le président, fût-il de la République. Ils doivent être désignés par le peuple." Les membres de l'Assemblée nationale ont été désignés par les présidents des partis politiques, et ils ont été approuvés par le ministère de l'Intérieur.

Les signataires de la pétition affirment qu'ils vont combattre la nouvelle assemblée de transition jusqu'à ce que soit installée "une vraie Assemblée nationale". Le responsable de PA-Amasekanya, Diomède Rutamucero, a par ailleurs déposé en Belgique une plainte pour génocide contre certaines personnalités hutues, dont Jean Minani.

L'accord de paix inter-burundais prévoit une enquête sur les allégations de génocide et de crimes contre l'humanité au Burundi depuis l'indépendance en 1962. Les communautés hutues et tutsies s'accusent mutuellement de génocide.

GF/AN/AT/FH (BU-0118A )


REPUBLIQE DU BURUNDI

PA-PUISSANCE D’AUTODEFENSE-AMASEKANYA


L’ambassade de Belgique refuse le visa au Président de PA-AMESEKANYA

L’association pour la sauvegarde de la paix au BURUNDI « ASP-BURUNDI » a invité en date du 19 mars 2002, le Président de PA-AMASEKANYA pour qu’il aille participer à une conférence- débat axée sur « la démocratie des communautés » qui aura lieu en Belgique.

Le Président de PA-AMASEKANYA a été demandé le visa à l’ambassade de Belgique le 21 mars 2002. On lui a présenté la liste des documents à apporter notamment la réservation du billet d’avion. Le 22/03/2002, il a déposé tous les papiers exigés avec la réservation d’avion pour le 31/03/2002, la seule possibilité où il y avait encore de la place disponible pour se rendre en Belgique avant le début de la conférence.

Au moment du dépôt des documents pour le visa, une personne de l’ambassade a vérifié les papiers demandés y compris la réservation d’avion pour le 31/03/2002. Elle a dit au Président de PA-AMASEKANYA de passer voir si le visa est prêt le 22/03/2002. Retourné voir le mercredi, le visa n’était pas prêt et il fallait téléphoner avant-midi, après-midi même souvent trois fois ou quatre fois par jour jusqu’au vendredi 29/03/2002, où on lui a dit de téléphoner le Chancelier l’après-midi.

Après-midi, on lui a fait savoir que son visa n’était pas encore prêt et qu’il fallait téléphoner mardi parce que lundi c’est congé. Bien sûr le Chancelier savait que mardi le 02/04/2002, le seul vol qui pouvait amener le Président de PA-AMASEKANYA serait déjà parti en Belgique le 31/03/2002. Tout cela était visible sur le dossier. Il devenait clair que l’ambassade de Belgique lui a refusé le visa pour aller participer à la conférence. Le Président de PA-AMASEKANYA a demandé qu’on lui remette son dossier le vendredi le 29/03/2002 à 17 heures.

Il y a lieu de chercher les raisons qui ont poussé l’ambassade de Belgique à lui refuser le visa, puisqu’elle n’a avancé aucune raison, à part que le Chancelier disait que « la Belgique n’avait encore répondu pour son visa ».

1.La ligne politique du Mouvement PA-Amasekanya est bien connue par l’ambassade de Belgique au Burundi. Une ligne opposée à celle du gouvernement en place à Bujumbura. Une ambassade qui soutient la politique du gouvernement, peut ne pas accorder un visa à un leader qui tient à défendre les positions du Mouvement qu’il dirige, partout où il est. Bien sûr l’ambassade ne dira jamais qu’elle lui refuse le visa à cause de ses positions politiques. Elle cherchera des prétextes pour que les délais du voyage expirent. Par exemple : « la Belgique n’a pas encore répondu pour son visa ».

2. Le départ prévu du Président de PA-Amasekanya, le 31/03/2002 a coïncidé avec celui d’un des responsables des terroristes génocidaires, Ndayizeye Domitien avec son équipe composé d’une vingtaine de personnes. Le hasard a fait aussi que le séjour en Europe du Président de PA-Amasekanya corresponde à celui de Ndayizeye Domitien et son équipe, du 31/03/2002 au 17/04/2002. Il fallait éviter que le voyage de cette équipe soit perturbé en cours de route, en Belgique ou ailleurs par la présence du Président de PA-Amasekanya. Entre le Chef des terroristes génocidaires et un leader opposé à ce génocide, l’ambassade de Belgique devait faire le choix judicieux à qui il fallait donner le visa. Cette raison ne pouvant non plus être avancée par l’ambassade, il fallait chercher un prétexte : « la Belgique n’a pas encore répondu pour son visa ».

3. Le Président de PA-Amasekanya devait partir en Belgique avec l’effort des Burundais rescapés du génocide des Tutsi membres de ce mouvement, alors que le Chef des terroristes génocidaires Ndayizeye D. et ses amis, pour leur voyage, utilisent les fonds de la Belgique et de la communauté européenne que ces dernières donnent pour soutenir l’accord impie d’Arusha. Un accord qui a été condamné à haute voix et avec raison par le Mouvement PA-Amasekanya. C’est très dangereux de constater que la Belgique et la communauté européenne financent le voyage du Chef des terroristes génocidaires accompagné par le grand bourreau des Tutsi dans la province de Bujumbura, Hakizimana Aloys ( condamné à 20 ans de prison pour ce crime) et d’autres y compris des cuisiniers et que la Belgique refuse le visa au Président du PA-Amasekanya. Apparemment, pour soutenir le Frodebu et ses alliés, la Belgique est déterminée à utiliser outrageusement tous les moyens y compris celui de refuser le visa au Président de PA-Amasekanya.

4. Le Mouvement PA-Amasekanya avait pensé que la Belgique qui abrite plusieurs terroristes génocidaires notamment leur porte-parole Jérôme Ndiho et qui donne des visas sans problème au Chef des terroristes génocidaires, ne pouvait pas refuser le visa de trois semaines au Président de ce Mouvement. Il a fallu qu’il y ait cette demande pour que la réalité filtre et soit connue de tout le monde.

5. Il y a lieu de penser aussi que la Belgique n’a pas été contente du voyage que le Président de PA-Amasekanya avait effectué au mois d’octobre 2001. Il a sensibilisé beaucoup de personnes sur l’importance de lutter contre le génocide des Tutsi au Burundi conçu par le Frodebu et ses alliés. Cette visite allait lui permettre de continuer son travail et il fallait que la Belgique lui refuse opiniâtrement le visa.

Nous pensons que ce sont ces raisons et d’autres qui ont poussé l’ambassade de Belgique à refuser le visa au Président de PA-Amasekanya. Notre Mouvement demande à la Belgique de ne pas continuer à soutenir les terroristes génocidaires et les institutions qu’ils dominent au Burundi. Les leçons de l’histoire du Burundi devraient pousser la Belgique à prendre des distances vis à vis de ce qui se fait au Burundi et surtout cesser de s’engager dans des chemins qui n’aboutissent pas. Nous n’avons pas de leçon à donner à la Belgique mais nous avons le droit de nous opposer à certains comportements qui vont à l’encontre de nos droits. La Belgique doit nous accorder, au moins les mêmes droits qu’elle donne aux terroristes génocidaires du Frodebu-Cndd-Fdd, Palipehutu-Fnl et leurs alliés.

Que la Belgique soutienne la seule cause qui est noble, celle de combattre le génocide en général et celui des Tutsi du Burundi en particulier. C’est cela notre souhait.



TOUS CONTRE LE GENOCIDE DES TUTSI, NOUS VAINCRONS.



Fait à Bujumbura, le 30/03/2002

PA-Puissance d’Autodéfense- Amasekanya.

Ir. RUTAMUCERO Diomède.

Président


Site: http://info.netscape.com/fwd/nrpusggl/http://www.fidh.org/afriq/rapport/2001/br07f.pdf

BURUNDI
Between hope and fear

Amnesty International 22 March 2001 AI Index: AFR 16/007/2001
AI Index: AFR 16/007/2001 Amnesty International 22 March 2001


iii) Other threats to the right to life

'' On va se battre par tous les moyens, politiques et diplomatiques..., nous prendrons même les armes, préparez-vous à vous en munir et vous en servir s'ils viennent nous tuer...''('' We will use all means to fight, political means, diplomatic means..., we will even take up arms. Get ready to arm yourselves and to use your weapons if they come to kill us...'') Diomède Rutamucero, PA Amasekanya, April 2000

''La signature des Accords d'Arusha sera une déclaration de guerre au peuple burundais. Nous la prendrons comme tel et le peuple burundais se défendra...'' ('' The signing of the Arusha Agreement will be a declaration of war to the Burundian people. We will take it as such, and the Burundian people will defend itself...'') Charles Mukasi, UPRONA, April 2000


The conflict and the perceived failure of the Government of Burundi and its forces to protect Tutsi civilians has increased opposition to Pierre Buyoya amongst a number of Tutsi-dominated political parties and movements, some of whom have opposed the negotiations in Arusha from the outset on the grounds that the Government is negotiating with what those they regard as responsible for the killings of Tutsi, which they consider to have been acts of genocide, in 1993.

The Tutsi self-defence association, PA (Puissance d'Autodéfense) Amasekanya(11) and allied movements such as AC Génocide, the Jeunesse révolutionnaire Rwagasore (JRR), Rwagasore Revolutionary Youth, the Coalition contre la Dictature , Coalition against Dictatorship, insist that an ethnically reformed army could not protect the Tutsi ethnic group from the threat of genocide. To counter this they have sought to undermine the peace process, incited violence and are accused of a number of human rights abuses, including killings.

Demonstrations against the Arusha negotiations were organized throughout the year in Bujumbura, often accompanied by pamphlets warning of an impending genocide of Tutsi and stating that failure to comply with the order to demonstrate would be perceived as treason. In March for example, an anti-Arusha demonstration was called for by PA Amasekanya, the Mukasi wing of UPRONA, AC Génocide Cirimoso(12), the JRR and Union des Femmes Burundaises (UFB), Burundian Women's Union, a women's movement affiliated to UPRONA, and the Coalition contre la Dictature . The call for a demonstration was accompanied by the statement that ''absence will be considered as a sign of support for genocidal organizations and their supporters''. The demonstrators also denounced the idea of an amnesty for those involved in genocide and integration of members of Hutu-dominated armed opposition groups into the armed forces. In early April, the same five organizations threatened to take up arms in a press conference if the interests of the survivors of genocide [Tutsi] were not safeguarded. Diomède Rutamucero, the president of PA Amasekanya has also strongly opposed demobilisation of the current army (post integration of other combatants) and in October 2000 was briefly detained with the Secretary General of JRR and Pierre Claver Hajayandji, President of the Confédération de Syndicats du Burundi (COSYBU), Confederation of Burundian Unions, after publicly criticising plans for demobilisation. The document issued by PA Amasekanya included a warning to soldiers that by demobilising they risked the murder of themselves and their families by genocidal terrorists, calling on them ''not to sell themselves and go like lambs to the slaughter''.

Members of PA Amasekanya are reported to have been behind an ambush on 21 May 2000 near Gatumba, in which at least three Hutu members of FRODEBU were killed, including Liboire Karikurubu . Following the killing on 6 August of up to 42 trainee army officers in an ambush in Rural Bujumbura, attributed to the FNL, members of PA Amasekanya reportedly attempted to launch a reprisal attack on Gatumba, a predominantly Hutu village near the Congolese border. The group was turned back close to Gatumba by members of the security forces who certainly prevented serious human rights abuses.

PA Amasekanya, AC Génocide and other parties or movements which hold similar political views also called for city-wide strikes or ''villes mortes '' and incited disturbances in the capital around the signature of the accord provoking a climate of intense fear and mistrust in the capital. On 18 August a three-day general strike organized by COSYBU started. Barricades were erected on several main roads and there were violent demonstrations during which three people were reportedly killed. The central market was closed following rumours that Tutsi youths were to attack the market, and Jabe market in Bwiza district was burned to the ground on 21 August. A grenade was thrown in another Bujumbura market in Buyenzi killing at least three people on 23 August. In response to the ''villes mortes'' a number of students and Pierre Claver Hajayandji, Diomède Rutamucero were arrested and briefly detained incommunicado. Raphaël Horumpende, Deputy Secretary General of the JRR was also arrested and was detained before being released uncharged.

The government response to the activities of movements such as PA Amasekanya has been somewhat ambiguous. Diomède Rutamucero, a very public critic of President Buyoya, has been arrested and briefly detained on numerous occasions and has accused the government of intimidation. Some sources claim that senior political figures within the government support, and even finance, PA Amasekanya , and despite the frequent arrests, no real measures appear to have been taken to prevent the arming of the movement or to end its calls for violence. The organization has been legally recognized. The International Crisis Group has argued that President Buyoya has allowed PA Amasekanya and other extreme organizations to operate so as to appear as a more moderate, and attractive, alternative.(13)

Another clear potential threat to the right to life is posed by the gardiens de la paix, guardians of peace, a force made up mainly of former armed opposition combatants who have changed allegiances and now work with government security forces, particularly in the south of the country. They are armed but not paid, and receive little training or supervision. There is no formal structure and no uniform. Although in theory they are answerable to the local administration, senior government figures have acknowledged privately that they can be difficult to control, especially during moments of high tension. There also appears to be a potentially explosive mistrust between them and the paid security forces. Amnesty International has received numerous reports of harassment of the population - often to get money or food. In November, a teacher in Rukingka, Rumonge commune who intervened to prevent the ill-treatment of a man by the gardiens de la paix, escaped serious injury when one of the gardiens attempted to shoot him. The teacher lodged a complaint with the Police de sécurité publique (PSP), Public Security Police, who said it was not their responsibility but that of the administration to ensure discipline. The teacher was briefly detained by the administration when he alerted them to the problem. Other independent observers report that people are regularly detained in the Rumonge area by the gardiens de la paix in connivance with the local administration for short periods of time, and are only released after payment of bribes.


Site: http://info.netscape.com/fwd/nrpusggl/http://www.fidh.org/afriq/rapport/2001/br07f.pdf

RAPPORT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME

Période : Janvier à Juillet 2001

- Ligue Burundaise des Droits de l’Homme « ITEKA » / Collectif des Associations et ONG féminines du Burundi (CAFOB) / Association des Femmes Juristes (AFJ) / Abakenyezi Duhagurukire Iterambere (ADI) / Ligue Burundaise pour l’Enfance et la Jeunesse (LIBEJEUN)}-

"Le Docteur Pie Masumbuko, ancien haut fonctionnaire de l’Etat, a été interpellé par la gendarmerie vendredi 30 mars 2001 dans l’après-midi. Le motif de son interpellation ne lui a pas été précisé. Il a été relâché dans la soirée mais il avait l’obligation de retourner le lendemain au BSR pour subir un interrogatoire. Au lieu de se rendre au BSR, il a cherché refuge, sans l’obtenir, dans les locaux de l’Office du Haut Commissaire des Nations Unies où se trouvait déjà réfugié depuis le 23 janvier 2001 le président de l’organisation PA Amasekanya, Diomède Rutamucero. Son interpellation aurait été liée à son soutien à la coalition des 8 partis politiques (G8) qui soutiennent la candidature du Colonel Epitace Bayaganakandi à la présidence de la transition.


Site: http://www.crisisweb.org/projects/africa/centralafrica/reports/A400101_01122000.pdf

BURUNDI : NI GUERRE NI PAIX

1 décembre 2000

Une évaluation du processus de paix après la signature de l’accord\par d’Arusha du 28 août 2000.

(p. 26)

Charles Mukasi, leader de l’aile dissidente de l’UPRONA opposé aux négociations, attribua ainsi dans un communiqué la mort du Colonel Nzeyimana au FRODEBU. La Confédération syndicale burundaise (COSYBU) lança de même un mot d’ordre de grève générale contre le gouvernement pour le 18 août, et le groupe de pression Puissance d’Autodéfense Amasekanya, de Diomède Rutamucero, appela à des manifestations pour le lendemain, tentant de rendre la capitale ingouvernable en renouvelant les opérations « villes mortes » et en levant des barricades sur ses principales artères. Peu après, le 21 août, trois grenades étaient lancées dans les quartiers de Nyakabiga et Bwiza à Bujumbura, et un incendie ravageait le marché de Jabe. La stratégie des forces “anti-Arusha” (UPRONA et JRR (aile Mukasi), PA Amasekanya, AC Génocide, COSYBU, Corporation universitaire), rejoints par les partis marginalisés des consultations d’Afrique du Sud, (Inkinzo, RADDES, PARENA), et soutenus par un grand nombre d’hommes de troupe, était de montrer l’impopularité quasi-générale de Buyoya et leur rejet de sa probable candidature à la transition. Les rumeurs du putsch qui s’en sont suivi procédaient de cette même logique. Parallèlement, d’autres rumeurs en provenance d’Afrique du Sud établissaient qu’un accord était intervenu entre Pierre Buyoya, Jean Minani, et Léonard Nyangoma. Revenu d’Afrique du Sud plus tôt que prévu pour assister à l’enterrement du Colonel Nzeyimana, Pierre Buyoya s’efforça de remobiliser et de rassurer sa base, tout en réitérant, qu’il ne signerait pas l’accord “en l’état” et qu’il tentait d’obtenir un report de la signature . Ainsi, après avoir fait arrêter le syndicaliste Pierre-Claver Hajayandi, Diomède Rutamucero de PA Amasekanya, et Venant Bamboneyeho d’AC Génocide, et contenu un mouvement de grève, sommes toutes assez limité, le pouvoir a entrepris des rencontres d’explication auprès de la population, sollicitant son soutien, et promettant de ne pas signer le texte tel qu’il se présentait dans le projet d’accord, tout en exigeant un cessez-le-feu préalable. Parallèlement, il demanda à la population tutsi de ne pas entreprendre d’expéditions punitives ou de vengeances contre les populations hutu, afin de ne pas faire le jeu de leurs ennemis. Des promesses de distribution d’armes furent même émises, en cas de besoin ( Entretien ICG, représentant des forces de sécurité, Bujumbura, 23/08/00).


Site: http://www.crisisweb.org/projects/africa/burundi/reports/A400382_14082001.pdf

Burundi : Cent jours pour retrouver le chemin de la paix

- ICG Rapport Afrique N°33, 14 août 2001-

PA-Amasekanya : Puissance d’Autodéfense «Amasekanya », organisation pour la jeunesse créée en 1995, dirigée par Diomède Rutamucero.


Site: http://www.acgenocide.net/petition%20amb%20France%20sur%20demobilisation.htm

Pétition à l'ambassadeur de France au Burundi par 435 rescapés du génocide contre l'emprisonnement arbitraire de l'Ir. Diomède Rutamucero, Président de PA Amasekanya, suite à une critique de l'étude sur la démobilisation de l'armée burundaise

RESCAPES DU GENOCIDE
COMMIS PAR LE FRODEBU


A Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Burundi
à BUJUMBURA

Concerne : Etude intitulée : identification des possibilités de réinsertion socio-professionnelle des démobilisés dans le cadre du conflit burundais

Excellence Monsieur l’Ambassadeur,

"Dans la fourrée des événements qui entourent la déclaration de P.A- Amasekanya, signée par son Président Ir RUTAMUCERO Diomède ce 10 du mois courant, et assortie d’un commentaire sur l’étude intitulée : « identification des possibilités de réinsertion socio-professionnelle des démobilisés dans le cadre du conflit burundais », un certain nombre de citoyens burundais résidant à Bujumbura se sont contactés rapidement et de manière informelle pour adresser à votre Excellence leurs profondes préoccupations face à la privation de la liberté de sieur RUTAMUCERO Diomède pour ce seul fait."

...

Fait à Bujumbura, le 30 octobre 2000

C.P.I. à :



- Mission Diplomatique et Consulaire ( Toutes)

- Monsieur le Représentant Spécial des Nations Unies au Burundi

- Ligues des Droits de l’Homme ( Toutes)


Site: http://www.ligue-iteka.bi/n200901a.htm

Le Président de P.A Amasekanya, Diomède Rutamucero, libéré après une semaine de détention

Itek@ 20 septembre 2001- Le Président de P.A Amasekanya, Diomède Rutamucero, a été libéré mercredi le 19 Septembre 2001 après une semaine de détention à la Brigade Spéciale de Recherche (BSR). Il avait été arrêté le 12 septembre 2001 « pour avoir organisé une marche-manifestation en date du 1 septembre 2001 ».

En cette date, les membres de PA-Amasekanya avaient exhibé des pancartes décriant le génocide au Burundi à la sortie d’une messe célébrée Grand Séminaire de Bujumbura en la mémoire du 5ème anniversaire de l’assassinat de Monseigneur Johachim Ruhuna.

Après trois jours, les gendarmes ont arrêté Rutamucero Diomède et l’ont conduit à la Brigade Spéciale de Recherche ( BSR) où il devait passer toute une semaine.

A sa sortie du cachot, Rutamucero a révélé à la presse qu’il il ne faisait pas partie de ceux qui manifestaient. Il a déclaré qu’il s’était seulement joint aux autres pour la célébration de la messe. Il a indiqué enfin qu’il a dû payer une amende de 20.000 Fbu pour sa libération.


site: http://www.africaonline.com/site/Articles/2,3,43197.jsp

Un ancien président burundais prêt à répondre devant la justice
PANA
Bujumbura, 16 novembre 2001

"C'est presque pour moi une occasion inespérée de pouvoir clarifier le jeu qui se passe au Burundi sur l'affaire du génocide supposé ou réel", a-t-il indiqué, exprimant sa "disponibilité" à répondre devant la justice belge, à ses yeux "plus saine et plus équitable" que celle de son pays.

L'ancien président burundais Sylvestre Ntibantunganya a rejeté "catégoriquement" les récentes accusations portées contre lui par une association locale de la société civile quant à sa participation au "génocide" de 1993.

M. Ntibantunganya s'est dit prêt à se défendre devant les tribunaux belges déjà saisis de cette affaire qui a été initiée par Diomède Rutamucero, un ressortissant burundais connu pour son activisme en matière de défense des droits de la minorité tutsie au sein d'une association paramilitaire dénommée Tutsi "Puissance Amasekanya" (les irréductibles, en langue nationale Kirundi).

Malgré le caractère grave de l'affaire, qui touche également deux autres dignitaires hutus en vue, l'actuel président du Front pour la démocratie au Burundi (FRODEBU, part majoritaire), Jean Minani, M. Ntibantunganya a déclaré jeudi devant la presse qu'il s'en félicitait plutôt.

Il a par ailleurs dit qu'il avait la "conscience tranquille" avant de menacer même de déballer, devant les tribunaux belges, toute la vérité sur l'histoire cachée de la crise socio-politique de ces dernières années au Burundi.

"Des fois, ce sont les bourreaux qui sont prompts à accuser les victimes", a souligné Ntibantunganya.

On rappelle que le génocide burundais s'est traduit en 1993 par des massacres à grande échelle de Tutsis et de Hutus modérés au lendemain de l'assassinat, à Bujumbura, du premier président démocratiquement élu, Melchior Ndadaye, et d'une dizaine de ses proches collaborateurs dans un putsch manqué d'une partie de l'armée burundaise à dominante tutsie.

Une partie des membres du gouvernement Ndadaye, dont Ntibantunganye, miraculeusement rescapés d'une chasse à l'homme, restera "en exil" dans les locaux de l'ambassade de France durant deux mois.


(PANA)


Site: http://www2.aibf.be/efai2000is.nsf/4d6b7e69a6e1de34c12569b3002f6863/
d9945c8959405660c1256a68002af928?OpenDocument

AMNESTY INTERNATIONAL ÉFAI
Index AI : AFR 16/007/01
DOCUMENT PUBLIC
Londres, mars 2001

BURUNDI
Entre crainte et espoir

Résumé

Les autres menaces au droit à la vie

"On va se battre par tous les moyens, politiques et diplomatiques […], nous prendrons même les armes, préparez-vous à vous en munir et vous en servir s'ils viennent nous tuer […]" (Diomède Rutamucero, PA Amasekanya, avril 2000).
"La signature des accords d'Arusha sera une déclaration de guerre au peuple burundais. Nous la prendrons comme telle et le peuple burundais se défendra […]" (Charles Mukasi, UPRONA, avril 2000).

L'opposition contre Pierre Buyoya s'est renforcée au sein de plusieurs partis politiques et de mouvements à dominante tutsi en raison du conflit et du sentiment que le gouvernement du Burundi et les forces gouvernementales sont incapables de protéger les civils tutsi. Certains de ces partis et mouvements se sont opposés d'entrée de jeu aux négociations d'Arusha arguant que le gouvernement cherchait par là même à négocier avec ceux qu'ils tiennent pour responsables des massacres de Tutsi en 1993 – actes qu'ils qualifient de génocide.
La Puissance d'autodéfense (PA) Amasekanya [Puissance d'Autodéfense (PA) Amasekanya (mot kirundi qui désigne la force physique) est un mouvement armé étroitement lié à l'aile Mukasi de l'UPRONA. Il affirme lutter contre le génocide des Tutsi], association d'autodéfense tutsi, et des mouvements alliés tels qu'AC Génocide, la Jeunesse révolutionnaire Rwagasore (JRR) et la Coalition contre la dictature, affirment qu'une armée réformée sur une base ethnique s'avérerait incapable de protéger les Tutsi
contre la menace d'un génocide. Pour parer à cette menace, ils ont cherché à compromettre le processus de paix et incité la population à la violence.
Ils sont accusés d'un certain nombre d'atteintes aux droits humains, notamment d'homicides.
Tout au long de l'année 2000, des manifestations ont été organisées à Bujumbura contre les négociations d'Arusha. Des tracts y étaient souvent distribués annonçant un génocide imminent des Tutsi et déclarant que serait considéré comme une trahison le fait de ne pas manifester alors que l'ordre en avait été donné. En mars, par exemple, une manifestation anti-Arusha a été organisée à l'initiative de plusieurs partis parmi lesquels : la PA Amasekanya (aile Mukasi de l'UPRONA), l'AC Génocide Cirimoso [L'action contre le génocide (AC Génocide) Cirimoso a été constituée à la suite des massacres de civils tutsi de 1993. Cirimoso est un mot kirundi signifiant " plus jamais ça " ; il est souvent accompagné d'un geste qui sert à dire qu'une chose est mauvaise et doit être vomie ou rejetée], le JRR, l'Union des femmes burundaises (UFB, un mouvement féministe affilié à l'UPRONA) et la Coalition contre la Dictature. L'appel à la manifestation était accompagné d'un avertissement disant que "l'absence à cet événement serait considérée comme un soutien aux organisations génocidaires et à leurs partisans" . Les manifestants ont par ailleurs dénoncé le projet d'amnistie en faveur de toutes les personnes impliquées dans le génocide et la proposition d'intégrer dans les forces armées des membres de groupes d'opposition armée à dominante hutu. Lors d'une conférence de presse tenue au début du mois d'avril, ces cinq mêmes organisations ont menacé de prendre les armes si les intérêts des survivants au génocide des Tutsi n'étaient pas garantis. Diomède Rutamucero, le président de la PA Amasekanya a également condamné énergiquement la démobilisation de l'armée actuelle qui doit suivre l'incorporation d'autres combattants. En octobre 2000, pour avoir ouvertement critiqué les projets de démobilisation, il a été brièvement mis en détention en compagnie du secrétaire général du JRR et de Pierre Claver Hajayandji, président de la Confédération des Syndicats du Burundi (COSYBU). Le document publié par la PA Amasekanya avertissait les soldats qu'une fois démobilisés ils risquaient d'être assassinés avec leurs familles par des "terroristes génocidaires" et les invitait à "ne pas se vendre et à ne pas aller comme des agneaux à la boucherie".
Le 21 mai 2000, des membres de la PA Amasekanya ont été pris dans une embuscade près de Gatumba. Au moins trois Hutu membres du FRODEBU ont été tués, dont Liboire Karikurubu. Le 6 août, jusqu'à 42 élèves officiers de l'armée ont été tués dans une embuscade attribuée aux FNL, dans la province de Bujumbura-rural. En représailles, des membres de la PA Amasekanya auraient tenté une attaque sur Gatumba, un village à dominante hutu situé près de la frontière congolaise. Des membres des forces de sécurité les ont repoussés près de Gatumba, ce qui a certainement évité que de graves atteintes aux droits humains ne soient commises.
La PA Amasekanya, AC Génocide et d'autres partis ou mouvements de même obédience politique ont également appelé à de vastes mouvements de grève dans les villes, et même à décréter celles-ci "villes mortes". Ils ont par ailleurs incité à des troubles dans la capitale à propos de la signature de l'accord de paix, instaurant dans Bujumbura un climat de méfiance et de peur intenses. Le COSYBU a organisé une grève générale de trois jours qui a débuté le 18 août. Des barricades ont été érigées sur plusieurs grands axes routiers et de violentes manifestations ont eu lieu, au cours desquelles trois personnes auraient été tuées. Des rumeurs selon lesquelles de jeunes Tutsi s'apprêtaient à attaquer le marché central ont entraîné la fermeture de celui-ci. Le marché Jabe, dans le quartier Bwiza, a été ravagé par un incendie le 21 août. Une grenade a été lancée sur un autre marché de Bujumbura, dans le quartier de Buyenzi, tuant au moins trois personnes le 23 août. En réaction à ces opérations "villes mortes", un certain nombre d'étudiants ainsi que Pierre Claver Hajayandji et Diomède Rutamucero ont été arrêtés et détenus au secret durant une brève période. Raphaël Horumpende, secrétaire-général adjoint du JRR a également été arrêté et détenu, avant d'être relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.
Le gouvernement a réagi de façon quelque peu équivoque aux activités de mouvements tels que la PA Amasekanya. Diomède Rutamucero, qui ne ménage pas ses critiques en public contre le président Buyoya, a été arrêté et détenu brièvement à de nombreuses occasions. Il a accusé le gouvernement de recourir à des mesures d'intimidation. Certaines sources prétendent qu'au sein du gouvernement des personnalités politiques de haut rang soutiennent, voire financent, la PA Amasekanya et que, hormis de fréquentes arrestations, rien ne semble avoir été fait pour empêcher ce mouvement de s'approvisionner en armes ou pour mettre un terme à ses appels à la violence. L'organisation a été reconnue officiellement. Selon une ONG, l'International Crisis Group (ICG), le président Buyoya a laissé agir la PA Amasekanya et d'autres organisations extrémistes afin d'apparaître comme le représentant d'une option plus modérée et moins effrayante. [Burundi : les enjeux du débat. Partis politiques, liberté de la presse et prisonniers politiques, ICG Africa, rapport n° 23, 12 juillet 2000]



Communiqué suivant | | retour au sommet


AGNews

©AG news 2002

SIMBANANYE Arthémon

Photos de certains criminels responsables du génocide perpétré sur les HUTU du Burundi en 1972

De gauche à droite: Simbananiye Arthémon, concepteur du plan de génocide qui porte son nom; le lieutenant général Michel Micombero, président de la République du Burundi au moment du Génocide en 1972; le colonel Jean baptiste Bagaza; le major Pierre Buyoya, actuel président du Burundi et qui, pendant le génocide de 1972, figure parmi les étudiants de l’École Royale Militaire alors en vacances et qui ont été particulièrement actifs dans les tueries.


L'IDENTITE HUTU-TUTSI

(...)Du côté hutu, on rappellera « le fléau » (iklïza) de mai-juin 1972 : les arrestations massives et les exécutions sans jugement de fonctionnaires, d'étudiants, de commerçants, bref de tous les Hutu qui pouvaient apparaître comme des cadres, réels ou virtuels, de la société moderne, et aussi de simples paysans victimes de règlements de comptes locaux, couverts par les autorités judiciaires, militaires et policières qui avaient en mains le pays avec la bénédiction des ténors du « groupe de Bururi », notamment Arthémon Simbananiye .


ethnocide, économicide, génocide au Rwanda

article de Dominique Temple, paru dans :
Transdisciplines n° 13-14 Septembre-Décembre 1995

(...)Les Hutu instruits qui échappent au massacre sont contraints à la fuite. On ne trouve plus aucun Hutu ayant étudié en Europe. La plupart ont été tués. Les rescapés sont en exil. En quelques jours, un massacre effrayant est accompli. « Si l'on en croit un document officiel adressé en 1968 au Président Micombero par son ministre de l'information Martin Ndayahoze, ce massacre n'est que la réalisation d'un plan d'extermination des élites hutu préparé notamment par Arthemon Simbananiye. Ce même Martin Ndayahoze, un des rares ministres hutu de Micombero, devait lui-même être victime de ce "plan Simbananiye". Il sera assassiné dans la tuerie qu'il avait prédite. »


PROPAGANDA AND PRACTICE

(Human Right Watch) The propagandists buttressed their argument about the plan to create a grand Tutsi empire by referring to an apparently apocryphal letter, dated 1962, about a Tutsi program to “re-colonize” the region starting from the Kivu region of Zaire. They also talked of a plan supposedly formulated by a Tutsi politician named Arthémon Simbananiye in Burundi for killing off the Hutu population over a period of decades. This purported plan, frequently discussed by Hutu in Burundi, seemed credible in a country where Tutsi had in fact slaughtered tens of thousands of Hutu.45


Localized Ethnic Conflict and Genocide

ACCOUNTING FOR DIFFERENCES IN RWANDA AND BURUNDI RAVI BHAVNANI DAVID BACKER

Department of Political Science University of Michigan

9. A common Hutu myth imputes responsibility for these killings to Burundi’s Minister of Foreign Affairs Arthemon Simbananiye, who is alleged to have masterminded efforts to provoke a Hutu uprising to justify reprisals designed to achieve ethnic parity between (minority) Tutsi and (majority) Hutu. See Lemarchand (1996, 27).}


PLAN SIMBANANYE

PLAN [plÅ]. n.m. - PLAN SIMBANANYE. (v. 1970 ; de Simbananye, n. pr. de personne). Acrol. Plan d'extermination des Hutu* (du nom d'un homme politique influent sous la Première République). (Interpellation, p. 1). (SHIBURA, 1993, p. 120). (REYNTJENS, 1994, p. 37).

Voir dans la Nature du Conflit Burundais.

COMMENT. L'expression est née du fait que Arthémon Simbananye, alors Ministre des Affaires Etrangères, a joué avec Albert Shibura, Ministre de l'Intérieur et de la Justice, et André Yanda, Ministre de l'Information, un rôle clé dans la répression de 1972.


Burundi-Commémoration: 27 ans après, les Hutu et les Baganwa se souviennent

Burundi-Bureau
Brève Nouvelle n°318
Bujumbura / Bonn
29.04.99

"... Profitant du processus de paix en cours, les Baganwa "réclament l'exhumation du dernier roi du Burundi". En 1998, et pour la première fois, les baganwa avaient pu célébrer une messe de requiem en sa mémoire. Un mystère entoure les circonstances de sa mort. Mathias Hitimana qui était avec lui à Kampala témoigne: "Il a été tout simplement kidnappé par les services de sécurité d'Amin Dada et celui-ci l'a remis aux autorités burundaises sous menottes. Il a été embarqué avec Emmanuel Biha dans un hélicoptère militaire ugandais à destination du Burundi, c'est celle-là la vraie version et pas une autre. Simbananiye Arthémon, mangona Protais, Commandant Ndikumagenge Charles, Mandevu Melchiade, Rwuri Joseph, Sinduhije Jérôme, Libère Nahimana, Pierre Nkundwa doivent témoigner sur ce dossier qui sera instruit en justice un jour."

En attendant qu'un jour il y ait au Burundi un deuil national pour tous les Burundais victimes de la barbarie humaine, certains burundais vivant à l'extérieur, et en particulier ceux qui vivent en Belgique organisent ce 29 avril 1999 des veillées en leur souvenir... "


Des divergences sur la question de génocide au Burundi

Burundi-Bureau
Brève Nouvelle n°368
Bujumbura / Bonn
04.08.99

"Le problème est que le pouvoir refuse une Commission Internationale d'enquête ayant le volet judiciaire dans ses attributions, si non la lumière pourrait être apportée à toutes ces questions. Au lieu de gaspiller inutilement du temps à discuter sur qui a raison ou qui a tort, les négociateurs doivent s'entendre sur les enquêteurs et sur un tribunal pénal international portant sur toute cette période et ainsi les rôles des différents criminels à l'exemple d'Arthémon Simbananiye, l'ex-ministre du dictateur sanguinaire Michel Micombero, seront définis. "


La parodie judiciaire de 1971

Mwambutsa IV n’avait jamais désarmé et nourrissait toujours l’espoir de retrouver son trône perdu au Burundi. Pour atteindre cet objectif, Mwambutsa avait besoin du soutien des tutsi ordinaires ou des princes, surtout ceux du clan Abanyaruguru, pour se libérer de la domination des Bahima. Ce groupe clandestin. déterminé à porter secours au roi, ne portait pas de nom spécifique, mais ses visées étaient sans équivoque: renverser le régime des Bahima de Bururi. Le chef de ce groupe qui voulait restaurer la monarchie, était le major  Ntungumburanye Jérôme (tutsi), ministre de l’information de l’époque. Il fut arrêté le 5 juillet-1971 et fut conduit à la prison de Mpimba avec ses compagnons. Une chose à remarquer est que les tutsi sont très solidaires dans le mal surtout quand il s’agit de neutraliser et d'exterminer les hutu. Cette solidarité s'est manifesté à travers le procès de Ntungumburanye et ses compagnons qui voulaient mettre fin au régime de Micombero.  Arrêtés, ils ont avoué publiquement qu’ils avaient organisé le complot  dans le but de renverser le régime Micombero. C’est ainsi qu’en date du 24 Janvier 1972, la cour de la sûreté de l’Etat composée: (1) Du commandant Nzisabira Gabriel (2) Du capitaine Mandevu Melchior (3) Du capitaine Ndikumagenge Charles(4) Du procureur Nduwayo Léonard (5) De Minani Philippe et (6)du terrible terroriste Arthémon Simbananiye fut chargés d’exécuter le jugement du procès.

Voici les peines qui ont été prononcées

Peines capitales

Major Ntungumburanye Jérôme,Commandant Rubeya Bernard, Lieutenant-Commandant Nkundwa Emmanuel, Lieutenant Bararufise Fidèle, Manirakiza Marc, Ndabakwaje Libère, Basita Ernest, Baranyunka Charles, Rukeba François (réfugié Rwandais),

Prison à Perpetuié

Ntawurishira Lazare, Nzohabonayo Didace, Commandant Rusiga Paul, Lieutenant Ntiroranya Adrien, Lieutenant Ryumeko Joseph, Lieutenant Wakana Gaspard, Nyarusage Athnase

20 ans de prison

Ntiyankundiye Etienne, Nzohabonayo Alphonse, Ntunguka Roger

Les Personnes acquittée

Lieutenant Ruhwikira Tharcisse,Ntambutso Sylvestre, Gasuguru Domitien,Kagabo Isaie, Lieutenant Banyiyezako Raphaël, Mpagaze Joseph(Rwandais)

Tous ces inculpés étaient tutsi. Après avoir rendu le jugement, tous les Barundi surtout les tutsi ont été pris de peur et de consternation. Les hutu quant à eux, attendaient impatiemment les réactions des tutsi et beaucoup de questions leur revenaient à l'esprit.

La réponse a été donnée le 4 février 1972 lorsque les tutsi influents de Muramvya se sont rendus à la résidence de Micombero pour le supplier de faire clémence et lui faire comprendre qu’il doit éviter de tuer les tutsi pendant que les hutu font leurs préparatifs pour attaquer le Burundi. Ils lui ont fait comprendre que les tutsi des clans des Abasafu et des Bahima et originaires de Bururi ne pouvaient pas a eux seuls contenir la révolte imminente de hutu.

Cette tactique amena le président Micombero à changer sa position. Au lieu de respecter la voix de la justice, Micombero a préféré les conseils de la politique des coulisses. Il a relâché tous les condamnés et les a maintenus à leurs postes respectifs. Seul Ntungumburanye Jérôme est resté en prison jusqu’en 1976 d’où il est sorti pour devenir ambassadeur du Burundi à Bruxelles entre 1976 et 1978

(...)Le 31 mars 1972, l’ex-roi Ntare V arrive à Bujumbura en provenance de Kampala où le Ministre des Affaires Etrangères Burundais Arthémon Simbananiye l’avait négocié auprès du tyran Iddi Amin L’ex-roi ne s'empressait pas de rentrer directement au Burundi. Il voulait rester en Uganda en vue de se préparer convenablement. Mais si cette version était vraie, de quelle force disposait- il pour prendre le pouvoir au Burundi ? Le milieu officiel burundais parlait de mercenaires. mensonge ou réalité ? L’histoire nous le dira.(...)C’est au cours de l'entretien entre Sounialot et les agents de l’Ambassade de Chine que Bizindavyi prit connaissance de l’évolution des préparatifs du PPB. De retour au Burundi, il donne son compte rendu de la mission en Tanzanie à Micombero, à Yanda secrétaire général du parti UPRONA, à Shibura Albert Ministre de l’intérieur et à Simbananiye Arthémon ministre des Affaires Etrangères.. A l’issu de la réunion, ils décident de tuer les hutu de façon que leur nombre soit égal à celui des tutsi. Quel plan diabolique\ Pour réaliser ce plan criminel, le régime Micombero dépêche dans tout le pays, des groupes de jeunes tutsi pour expliquer à leurs frères tutsi que s’ils veulent survivre, ils doivent recenser tous les éléments hutu sur toutes les collines et dans tous les secteurs de la vie. nationale, les massacrer impitoyablement sans faire valoir l’amitié ou l’innocence.(...)Le 31 mars 1972, l’ex-roi Ntare V arrive à Bujumbura en provenance de Kampala où le Ministre des Affaires Etrangères Burundais Arthémon Simbananiye l’avait négocié auprès du tyran Iddi Amin L’ex-roi ne s'empressait pas de rentrer directement au Burundi. Il voulait rester en Uganda en vue de se préparer convenablement. Mais si cette version était vraie, de quelle force disposait- il pour prendre le pouvoir au Burundi ? Le milieu officiel burundais parlait de mercenaires. mensonge ou réalité ? L’histoire nous le dira.


DÉCLARATION DU PARTI FRODEBU

      SUR LE THÈME:   LA NATURE DU CONFLIT BURUNDAIS ET LES PROBLÈMES DE GÉNOCIDE ET DE L'EXCLUSION ET LEURS SOLUTIONS.  

Par L'Honorable Dr Jean Minani Président du FRODEBU     II ÈME SESSION ARUSHA II

(..) 30. La répression de ce coup d'Etat fut menée d'une main de fer par Micombero et  SIMBANANIYE Arthémon, Secrétaire d'Etat à la justice. Ce fut une véritable chasse à l'homme.  Toute l'élite Hutu fut visée: les parlementaires et sénateurs, administrateurs provinciaux, bourgmestres, fonctionnaires, officiers et soldats, enseignants des écoles primaires, furent massacrés. Ceux qui ne l'ont pas été ont du leur salut à la fuite. Très vite, des bruits se répandirent dans tout le pays que des tutsi avaient tué le Roi.

(...) 34. C'est ainsi que le 28 novembre 1966, seulement trois mois après le couronnement, le coup d'Etat mit au pouvoir, sans aucune opposition, un groupe d'hommes politiques et militaires Tutsi, originaires de Bururi, le capitaine Micombero et ses amis, particulièrement SIMBANANIYE et  NTIRUHWAMA. Ce fut la jonction parfaite entre le PARTI-ETAT et l'ARMEE.

(...) 37. En mars 1972, le Directeur général de la Sûreté, Bernard BIZINDAVYI et le commandant NDIKUMANA effectuèrent en Tanzanie une mission d'espionnage, afin d'organiser, sur ordre du Président MICOMBERO et de son Ministre des affaires étrangères Art Hémon SIMBANANIYE, la surveillance étroite des réfugiés burundais en Tanzanie. En effet, les bruits couraient à Bujumbura qu'une attaque de réfugiés burundais était imminente.

(...) 39. Le 27 avril 1972, les Ministres Albert SHIBURA (intérieur et justice), Art Hémon SIMBANANIYE, et André YANDA,  Ministre de l'information et Secrétaire Général de l'Uprona, se rendirent à Bururi, afin d'y tenir une réunion des cadres provinciaux tutsi de l'UPRONA, triés sur le volet. A la fin de la réunion, ils leur distribuèrent des armes à feu, en prévision de l'attaque imminente dont tout le monde parlait...

(...) 41. Au niveau du gouvernement, le dictateur burundais ne garda en place que les Ministres considérés comme les plus sûrs, " pour régler les affaires courantes", stipulaient les communiqués officiels.  Ce Cabinet restreint comprenait des personnalités connues pour leur extrémisme ethnique: Art Hémon SIMBANANIYE, le Commandant Albert SHIBURA, et André YANDA. Le lendemain, soit le samedi 29 avril 1972 à 20 heures, des troubles éclatèrent dans le sud de la province de Bururi et à Bujumbura. Les rebelles massacrèrent des civils innocents.


China and Burundi

1. Bilateral Political Relations

China and Burundi established diplomatic relations on December 21, 1963. The Burundian government announced unilaterally the suspension of diplomatic relations with China on January 29, 1965. The two countries resumed diplomatic ties on October 13, 1971 and since then the  relations and cooperation between China and Burundi have enjoyed smooth development. The Chinese leaders and governmental officials who visited Burundi are: Director General of the International Liaison Department of the Central Committee of the Chinese Communist Party Wu Xueqian (December 1979), Vice-Premier Ji Pengfei (August 1980), Vice-Chairman of the Standing Committee of the National People's Congress Rong Yiren (January 1985), Vice Foreign Minister Qi Huaiyuan (July 1987), Vice Chairman of the Chinese People's Political Consultative Conference Qian Zhengying (July 1988), Vice Foreign Minister Yang Fuchang (August 1990), Member of the Standing Committee of the Political Bureau and Secretary of the Secretariat of the Chinese Communist Party's Central Committee Li Ruihuan ( July 1991), State Councilor and Foreign Minister Qian Qichen( Jan. 1993), and Vice Foreign Minister Wang Guangya (February 2000).
The Burundian leaders who visited China are as follows: Queen Therese Kanoynka (March 1963), Speaker of the National Assembly Thaddee Siryuyumusi, (April 1964), Minister of Foreign Affairs, Cooperation and Planning Arthemon Simbananiye (January 1972), Minister of Foreign Affairs and Cooperation Muganga Albert (January 1978), President Jean-Baptiste Bagaza (March 1979), Secretary General of the Party of National Unity and Progress Emile Mworoha (September 1979), Laurent Nzeyimana, Minister of External Relations and Cooperation (August 1983), Emile Mworoha, Speaker of the National Assembly (February 1984), Minister of External Relations and Cooperation Egide Nkuriyingoma (August 1987), President Pierre Buyoya (February 1989 and November 1999), Minister of External Relations and Cooperation Cyprien Mbonimpa  (November 1990), Minister of External Relations and Cooperation Severin Ntahomvukiye (June 1998). The Minister of External Relations and Cooperation Severin Ntahomvukiye and Minister of Industry, Commerce and Tourism Joseph Ntanyotora led the Burundian delegation to participate in the Forum on China-Africa Cooperation which was held in Beijing in October 2000.The new Burundian ambassador to China Alfred Nkurunziza presented his credentials to President Jiang on August 31, 2000.

 


Communiqué suivant | | retour au sommet


AGNews

©AG news 2002

Bararunyeretse

Libère

Burundi - institutions
Le Sénat de la promotion de l'impunité

Burundi-info 24/01/2002

Les tractations sur la mise en place du sénat ont finalement abouti sur le choix d'hommes qui ont besoin d'immunité pour rester impunis. La liste compte aussi des sénateurs qui ont été imposés comme représentants de circonscriptions territoriales sans tenir compte des souhaits des natifs de ces provinces. Quelques exemples démontrent qu'une magouille sans qualificatif et non qualifiée a joué pour beaucoup dans le choix de ces hautes personnalités ethniquement " équilibrées " qui auront le dernier mot dans toutes les nominations et d'autres destinés du pays :

- Province Bururi : Colonel Jean Bikomagu (en retraite anticipée). Il était chef d'Etat Major en 1993 et il a accompagné le président jusqu'au camp militaire où il a été tué. Il vante le "mérite" d'avoir sauvé la vie à Mme Laurence Ndadaye et celles de ses enfants quand il venait de livrer son mari à ses militaires pour l'assassiner.
- Province Kirundo : Jean Baptiste Manwangari, il est accusé d'être l'un des cerveaux du putsch d'octobre 1993. Ayant servi presque tous les pouvoirs de la terreur qui se sont succédés au Burundi, il doit plutôt témoigner notamment sur la falsification ou la disparition de certains dossiers judiciaires.
- Province Karuzi : Libère Bararunyeretse, en plus qu'il soit accusé d'avoir trempé dans le putsch d'octobre 1993, il est l'un des concepteurs de la politique du parti Uprona, dont il est l'actuel négociateur. Les Hutu l'accusent d'avoir joué un rôle clé dans leur exclusion, alors que les Tutsi non originaires de Bururi trouvent qu'il est corrompu qu'il a été utilisé par le pouvoir et qu'à part sa propre personne il n'a jamais rien fait pour les "siens".
- Province Rutana : M. Fyiroko Damien, récemment sorti de prison pour un détournement de plus de 30 000 000 Fr. Bu de la rizerie de Bujumbura. Il doit sa place au Major Buyoya avec qui il entretient de très bonnes relations d'amitié.
- Province Makamba : Kabura François, actuel directeur général de la COGERCO, " cousin " et ami personnel du Major Buyoya. Il est soupçonné d'avoir participé à des réunions qui visaient l'élimination de son prédécesseur l'actuel Ministre des Travaux publics, Bigirimana Balthazar, avant que ce dernier n'opte pour l'exil en France. Il aurait dilapidé les richesses de la société dont la gestion leui a été confiée depuis quelques années.
- Province Bujumbura rural : Pierre Ntibarutaye, à côté du commerçant Rwankineza, aurait financé les villes mortes et participé dans leur organisation.
- Province Mwaro : Colonel Georges Mukorako, un des putschistes cité par des rapports d'enquête.
- Libère Ndabakwaje, ex procureur du roi en 1965 c'est l'homme qui a faussé le dossier sur l'assassinat du Premier Ministre Pierre Ngendandumwe.
- Province Muyinga: M. Manwangari Jean Baptiste leur a imposé le sénateur Mugemancuro originaire de sa province Kirundo pour des raisons non encore explicitées. Une lettre de contestation des natifs de Muyinga a été déposée à la présidence de la Transition.
Province Ruyigi : c'est la province la plus malheureuse étant donné que mêmes ses députés ne sont pas originaires de cette province. L'actuel secrétaire général adjoint du parlement, Pierre Barusasiyeko, a été élu à Ruyigi alors qu'il est originaire de Gitega, commune Makebuko. Il va de même pour Ntibayazi Léonidas qui est de Mwaro et Bankinyakamwe Fabien qui est originaire de Kabezi, province Bujumbura rural. Le sénateur proposé Louis Ntureka est bel et bien originaire de Rusengo, province Ruyigi, mais d'autres natifs trouvent qu'il a été toujours absent sur le terrain, et qu'il y avait mieux..


CONTRIBUTION DU PARTI UPRONA       SUR LE THÈME:

PAIX ET SÉCURITÉ POUR TOUS

  Par Libère Bararunyeretse     ARUSHA III

Arusha, Octobre 1998

  BURUNDI PEACE NEGOTIATIONS                                      NÉGOCIATIONS DE PAIX SUR LE BURUNDI

I.    INTRODUCTION

1. Ainsi qu'il ressort de la déclaration du 21juin 1998, le thème «paix et sécurité» objet de ce débat général couvre plusieurs questions. Il s'agit de la paix et de la sécurité pour tous, de la question des forces de défense et de sécurité, de la cessation des hostilités et des dispositions pour le cessez-le-feu perrnanent.

2. D'emblée, il convient de souligner que la question de sécurité est au centre des préoccupations de chaque Burundais. A un niveau ou à un autre, 'chaque citoyen éprouve le besoin d'e" tre sécurisé dans sa personne, dans sa famille et dans ses biens.

3. Pour apporter la contribution de l'UPRONA à ce débat général, nous allons, pour des besoins d'analyse, regrouper les questions ci-haut citées en trois sous-thèmes, à savoir la paix et la sécurité pour tous, la question des forces de sécurité et la cessation des hostilités.

4. Dans un premier temps, nous tenterons de dégager la problématique soulevée par chaque sujet. Dans la suite nous proposerons les principales voies de solutions. Nous réserverons nos propositions précises et détaillées au débat qui aura lieu au sein de la conimission adhoc.

II.    LA PROBLEMATIQUE DE LA PAIX ET DE LA SECURITE.

1. La paix et la sécurité pour tous.

5, Comme nous le disions plus haut, les Barundi sont aujourd'hui gravement préoccupés par leur sécurité. Cette préoccupation est consécutive à un état d'insécurité dû aux principales situations suivantes:

1.1. Une guerre d'essence criminelle qui n 'en finit pas.

6. Depuis que les bandes armées se sont constituées en une rébellion ouverte, il y a de cela déjà 4 ans, le peuple burundais vit dans un état d'insécurité permanent. En perturbant la paix et la sécurité, la rébellion procède essentiellement de la manière suivante.

7. Si l'on prend pour exemple les tueries massives qui ont été perpétrées dans certaines localités comme CAMPAZI, BUGENDANA, BUTEZI, TEZA, et BUTA, on se rend aisément compte qu'avant tout, la rébellion vise des cibles sélectives dans le cadre bien précis de poursuivre et de parachever jusqu'au bout le génocide contre l'ethnie tutsi.

8. La rébellion s'adonne également à des tueries massives au sein des populations hutu lorsqu'il s'agit d'intimider ou d'exercer des représailles contre les citoyens qui ne la soutiennent pas et qui sont de ce fait considérés comme des traîtres à sa cause.

9. La rébellion fait peser de lourdes charges sur la population. Cela se traduit par l'enrôlement forcé, le rançonnement des vivres, des vêtements et des contributions financières. De manière générale, la population est obligée, sous peine de mort, d'assurer la prise en charge totale des assaillants.

10.Dans ses agissements la rébellion fait preuve d'un sens exceptionnel de vandalisme. Elle détruit les maisons, saccage les champs et les récoltes, massacre le bétail, incendie les écoles, les centres de santé et tout autre infrastructure publique. Cela fait que le passage de ces bandes de malfaiteurs plonge toujours la population dans la détresse et la désolation.

11.Il faut ajouter à ces situations, le fait que lorsqu'il y a des affrontements entre ces bandes de criminels et l'armée nationale, la population est parfois prise entre deux feux quand elle n'est pas utilisée comme bouclier humain par les assaillants.

12.Objectivement, une telle situation de guerre constitue aujourd'hui le facteur majeur d'insécurité pour les populations éprises de paix.

1.2. La remise en cause de la cohabitation pacifi que des ethnies.

13.L'une des caractéristiques graves du génocide d'octobre 1993, est que l'administration a mobilisé les populations hutu pour massacrer leurs voisins tutsi et les Hutu de l'UPRONA. Dès lors, les Tutsi vivent sous la hantise de l'extermination, d'autant plus que les forces génocidaires ne font que s'accroître d'année en année et tisser des liens criminels aussi bien au Burundi que dans la région.

14.Bien entendu, cette situation n'affecte pas seulement la population tutsi. L'expérience a montré que même s'il est fondamentalement dirigé contre ces dernières, le génocide n'épargne pas les Baliutu. Généralement, c'est même devenu la règle, le génocide s'attaque aussi à tous ceux qui n'en partagent pas le funeste dessein.

15.En outre, les rescapés du génocide d'octobre 1993 n'ont trouvé le salut que dans des carnps de déplacés où les forces de sécurité leur assurent la protection.

l6.Depuis lors, certains n'ont pas accès à leurs propriétés. Ils craignent àjuste titre que les assassins de leurs familles, toujours en liberté sur les collines du fait de l'impunité du crime, ne les massacrent à leur tour pour faire disparaître toutes les traces des crimes qu'ils ont commis. Ce faisant, ils n'ont plus de moyens de subsistance. Cela constitue pour eux un grand facteur d'insécurité.

1.3.La prolifération des armes dans le pays et dans toute la sous-région.

17.L'émergence d'une rébellion et les désordres qui se sont produit depuis l'éclatement de la crise ont favorisé un trafic intense des armes dans toutes les directions. Au-delà de la situation du BURUNDI, on a assisté ces dernières années à la disparition des armées entières dans plus d'un pays de la sous-région. Toutes ces armées ont disparu dans la nature avec leurs armes et leurs munitions.

18.Cela fait que le BURUNDI, tout comme les autres pays, est entré dans une longue situation d'insécurité. Celle-ci sera encore longtemps marquée par une criminalité plus aiguê' et équipée en moyens de destruction. Elle sera encore marquée par la présence, sur le marché de la criminalité, d'un prolétariat d'ouvriers pour les sales besognes, prêts à tout pour peu. Elle sera enfin marquée par un banditisme interne et transfrontalier fortement arme.

19.Au BURUNDI, ces phénomènes commencent à s'observer. Ils constituent une menace non moins sérieuse à la paix et à la sécurité.

2. A propos des forces de sécurité.

20.Avec I 'éclatement de la crise, les forces de sécurité sont au centre des controverses et de la propagande politique.

21 Pour une certaine opinion que l'on peut attribuer en grande partie àune certaine sensibilité ethnique hutu, les forces de sécurité burundaises sont composées majoritairement ou exclusivement de Batutsi provenant du sud du pays.

22.Ce serait la raison pour .laquelle les Bahutu ne s'y reconnaissent pas et ne se sentent pas sécurisés par elles. On cite à cet égard les exactions qui seraient coinmlses à l'endroit des populations hutu lorsqu'en cas de troubles, les forces de sécurité sont amenées à rétablir l'ordre. D'où la revendication de plus en plus insistante de restructurer ces forces pour qu'elles comprennent toutes les composantes de la société burundaise.

23 Pour une autre opinion que l'on rencontre généralement dans les milieux tutsi, la problématique essentielle de la paix et de la sécurité réside dans le spectre permanent du génocide. A cet effet, il est évoqué le cas du Rwanda qui ressemble à tous égards à celui du Burundi. En 1994, le génocide perpétré contre les Batutsi n'a pu faire autant de victimes que parce que les forces armées rwandaises d'alors, exclusivement hutu dans leur composition, ont appuyé et encadré les milices hutu et directement participé au massacre des citoyens tutsi avec tout leur arsenal militaire.

24.De même, Si le génocide d'octobre 1993 au Burundi avait trouvé au sein des forces de sécurité un minimum d'appui, il est certain que dans la quasi-totalité des provinces du pays, aucune âme tutsi ne serait encore en vie.

25.Pour cette opinion donc, ouvrir les portes des forces de sécurité aux Bahutu dans les proportions qu'ils ont au niveau de la population reviendrait à livrer les Batutsi à une extermination certaine.

26.Sous un autre aspect, certaines formations politiques reprochent aux forces de sécurité un interventionnisme outrancier dans le domaine politique. Il leur est reproché la tendance facile aux coups d'Etat et l'exercice d'une influence pesante sur les institutions; ce qui constituerait un obstacle à l'éclosion d'une réelle démocratie.

27.Nous allons, tout à l'heure, formuler les propositions du parti UPRONA pour faire suite à toutes ces récriminations. Mais d'ores et déjà, nous voudrions émettre à ce sujet un certain nombre d'observations.

28.Premièrement, comme on l'aura constaté à travers le présent débat, les forces de défense et de sécurité sont devenues un enjeu important du conflit burundais. Elles sont l'objet de controverses et de propagande partisane intense. La vérité est que, à travers l'histoire de notre pays, le corps de l'armée a connu une évolution largement influencée par celle de l'ehsemble 'de la société. Dans tous les pays du monde, les forces de sécurité ne constituent pas un corps isolé. Au Burundi comme ailleurs, elles sont, comme d'autres corps, le reflet de la société. Chez nous, leur composition ethnique est le résultat de l'histoire du pays faite de violences génocidaires, de divisions, de peurs et de méfiances entre les groupes ethniques.

29.Deuxièmement, en dépit d'un discours diabolisant qu'une certaine opinion se plaît à déverser contre l'armée, force nous est de constater que c'est notamment grâce à elle que l'Etat et la Nation burundaise subsistent et ont résisté contre les dangers de désintégration. Il est en effet incontestable que, à travers la crise, l'armée fait beaucoup pour la protection de tous les citoyens burundais. Son action a permis aux écoles, aux centres de santé aux services de production de fonctionner au bénéfice de tous les Barundi. Dans les endroits où les services civils ne fonctionnaient plus, c'est l'armée qui a soigné et secouru tous les citoyens sans distinction, Dans certaines régions meurtries par l'action dévastatrice des bandes armées contre les populations pour la plupart hutu l'armée est le premier acteur de la sécurité et du secours des populations.

30.Troisièmement, une certaine propagande présente l'armée burundaise comme étant monoethnique. En réalité l 'armée nationale comprend des éléments aussi bien hutu que tutsi. Sinon où aurait-on trouvé le bataillon composé de militaires presque exclusivement hutu qui a assuré la sécurité des personnalités du FRODEBU à l'Hôtel du Lac Tanganyika au lendemain de l'assassinat du Président Melchior Ndadaye? L'actuel chef des FDD et nombre de ses collaborateurs que l'on ne peut pas soupçonner d'être tutsi ne sont-ils pas sorti de l'Institut des Cadres militaires? Il y a donc des Hutu dans l'armée burundaise. Certes, la composition de ce corps accuse des disparités que personne ne peut nier, mais personne ne peut raisonnablement affirmer que l'armée burundaise ne comprend qu'une ethnie.

31 Quatrièmement, les disparités observables dans la composition de l'armée sont le résultat d'une longue histoire. Plus exactement, elles résultent de la méfiance qui est née entre les citoyens burundais. En effet, du temps où les Barundi vivaient en parfaite harmonie, tout Murundi était pratiquement un homme en armes. Après l'indépendance, la jeune armée était composée de toutes les ethnies. En 1965, c'est une gendarmerie et une armée composée dans sa grande majorité de Hutu qui courront au secours des Tutsi de Busangana entrain d'être massacrés: Malheureusement, cette heureuse expérience s'estompera avec les événements de l'année 1972, tellement le choc que ces derniers avaient produit était dur. Dès lors, parler de la composition ethnique de l'armée nationale ramène tout analyste honnête à rattacher cette question à la restauration de la sécurité et de la confiance entre les citoyens burundais.

32.Cinquièmement, s'agissant du comportement politique de l'armée burundaise en laquelle une certaine opinion ne veut voir que des putschistes, force est de constater que pendant longtemps, les institutions politiques africaines n' ont pas pu se doter de mécanismes capables de réguler politiquement les blocages politiques et institutionnels. Dès l'année 1963 en effet, l'Afrique entière a été traversée par un courant de coups d'Etat militaires qui a balayé pratiquement tous les pays. Ainsi, sur la trentaine des pays africains qui ont accédé à l'indépendance autour des années 1960, peu n'ont pas connu de coup d'Etat. La tentative de singulariser l'armée burundaise relève par conséquent d'une démarche partisane et émotionnelle qui ne fait pas avancer le débat qui nous occupe.

33.Pour terminer sur cette question nous aimerions dire que l'armée burundaise n'est pas un corps exempt de toute reproche. Comme toutes les organisations et les institutions sociales et politiques, elle a souffert des effets pervers du conflit burundais dans toutes ses dimensions. C'est pourquoi nous tenons à faire remarquer que pour être utile, le débat sur la question de sécurité doit poser ses fondements d'abord sur l'analyse de la société et du conflit et se départir des démarches émotionnelles qui conduiraient à des conclusions erronées.

3. De la cessation des hostilités.

34.Le 21juin 1998, les participants aux négociations interburundaises de paix signaient ici même à Arusha une déclaration de paix. Aux termes de cette déclaration, les parties prenantes aux négociations s'engageaient à résoudre le conflit burundais par des voies pacifiques et à mettre fin à toutes les formes de violence. En conséquence, toutes les parties armées au conflit déclaraient une suspension des hosfilités àcompter du 20juillet1998 au plus tard.

35.Parce-que la délégation de l'UPRONA estimait que cette déclaration n 'était pas négociée et élaborée suivant les règles qui gouvernent la matière de la suspension des hostilités, nous avons émis une réserve expresse à cette dernière clause.

36.Malheureusement, la suite devait nous donner raison.

37.En effet, entre le premier août et le 30 septembre 1998, soit une courte période de deux mois, une vingtaine d'attaques des bandes armées contre les populations innocentes dans leurs familles et dans les sites de regroupés ont été enregistrées.

38.Au chapitre des dégâts causés, on note 101 personnes tuées, 113 personnes blessées, une centaine de maisons brûlées et 7 véhicules incendiés.

39.Il ressort de cette situation que l'imminence et la fin des sessions de négociation sont devenues pour les populations des moments de malheur et d'angoisse. Ainsi, à peine étions-nous rentrés d'Arusha à la fin de la session que le 4 août 1998 les assaillants lançaient une attaque contre les centres de KABARORE et de BUTAGANZWA en province de KAYANZA. Cette attaque s'est soldée par 25 personnes tuées, 10 personnes blessées, des maisons détruites et des champs de caféiers incendiés. Des attaques de même nature ont eu lieu en province de MAKAMBA dans la commune de VUGIZO.

40.Anticipant la tenue de la troisième session des négociations, les bandes armées devaient encore se livrer à d'autres tuenes et destructions dans la même province quelques jours avant que nous prenions l'avion pour ARUSHA.

41 .Pas plus tard que ce dimanche 18 octobre 1998, alors que nous sommes en pleine session de négociations, les mêmes bandes années viennent de massacrer des populations civiles innocentes d'un camp de personnes déplacées dans la commune de GIHANGA en province de BUBANZA, faisant une vingtaine de victimes et incendiant des dizaines de maisons.

42.On notera au passage que la rébellion du BURUNDI mène une guérilla d'un genre singulier. Alors qu'ailleurs dans le monde, les guérillas procèdent d'une ambition politique dotée d'un minimum de patriotisme, celles du BURUNDI s'adonnent avec joie à la destruction du patrimoine national.. Elle détruit pour détruire, sans le moindre souci à l'égard de l'intérêt national.

43.Pour revenir à la question de la cessation des hostilités, il s' avère primordial d'envisager les voies et solutions pour arrêter les violences. Il y va de la crédibilité même du processus de négociation d'Arusha. Si l'on ne s'organise pas rapidement pour mettre un terme aux violences, les négociations risquent de tourner en débats politiques stériles qui passeront à côté de l'essentiel, c'est-à-dire la paix.

III.     QUELLES SONT LES VOIES DE SOLUTION PRECONISEES PAR LE PARTI UPRONA?

44.Pour l'UPRONA, la sécurité des citoyens est d'abord la résultante du système politique et institutionnel. Elle l'est dans une moindre mesure du fait de la composition ethnique des corps de sécurité. C'est pourquoi nous préconisons les voies de solutions suivantes.

45. Un ordre institutionnel rassurant qui garantit la sécurité est le premier facteur de sécurité des citoyens. C'est bien le système politique et son fonctionnement serein qui crée un environnement social et politique qui, dans une société divisée comme celle du Burundi, rassemble et libère les citoyens des peurs, assainit les rapports sociaux dans la Burundi profond et crée une dynamique de foi collective dans un avenir et un destin communs.

46.11 faut en plus de ce système politique, un leadership qui, de manière volontariste affirme la primauté de la logique de cohabitation pacifique sur celle de la confrontation et de la revanche permanentes. Il faut un leadership qui s'affirme par sa capacité de rassembler et de rassurer toutes les communautés burundaises, un leadership qui s'oppose ouvertement aux extrémistes ethniques, aux idéologies et pratiques génocidiaires qui, au Burundi et dans la sous-région, sont les sources premières de violence et d'insécurité.

47.S'agissant des forces de défense et de sécurité, l'UPRONA réaffirme sa position en faveur des forces de sécurité professionnelles et républicaines ouvertes à tous les Barundi désireux de servir leur pays en leur sein.

48. Quant aux disparités ethniques qui affectent la composition des corps de sécurité et qui font, la préoccupation d'un certain nombre de participants à ce débat, nous sommes d'avis qu'il faut rechercher à cette question des solutions adéquates et créer un consensus national autour de celles-ci. Nous affirmons cependant que pour des impératifs de paix bien compris, il faut emprunter une démarche progressive et rassurante pour tous.

49.En même temps que s'affirme un système politique de paix et de démocratie, il faut mettre en place un programme d 'instruction politique et civique des membres des forces de sécurité destiné àmieux leur inculquer l'éthique et les missions des forces de sécurité républicaine dans un pays divisé.

50.Pour faire face aux dimensions externes de la problématique de la securité, il faut créer les conditions de rapatriement des refugiés et obtenir des pays voisins du Burundi le respect des conventions internationales relatives aux réfugiés, notamment celle interdisant la détention des armes de guerre, l'entraînement militaire et l'installation à proximité des frontières.

51 Le contexte de paupérisation actuelle produit notamment par la destruction du tissu économique consécutif à l'embargo est générateur de tous les dangers pour la sécurité des citoyens pour de longues années. Toute action tendant au redressement sècio-économique du pays est une contribution importante à la création de conditions favorables à la sécurité des citoyens.

52.S'agissant de la question de la cessation des violences et des hostilités, nous sommes d'avis qu'elle est impérative, sans quoi les présentes négociations risquent de perdre toute crédibilité auprès des populations. Nous pensons que, sous I 'égide du facilitateur, toutes les parties devraient s 'engager sur la voie de la cessation de toutes les violences et de toutes les hostilités.

53.Dans l'intérêt de la paix et de la crédibilité des négociations d'Arusha, les présentes assises devraient se saisir de la question des alliances entre certains groupes armées burundais et les responsables du génocide rwandais. Car, s'il devait se confirmer, comme certains documents dignes de foi tendent à l'établir, qu'il existe une alliance et une coordination politico-militaire entre des organisations représentées ici et les génocidaires rwandais recherchés par la justice internationale, nous recommandons que le facilitateur, les observateurs de la communauté internationale, les parties prenantes aux négociations, en tirent toutes les conséquences qui s'imposent pour la paix et l'avenir du Burundi pour lesquels nous sommes réunis à Arusha.

IV. CONCLUSION.

54.Comme la plupart des questions fondamentales qui font l'objet des préoccupations des citoyens burundais, la problématique de la paix et de la sécurité ne peut être isolée de l'environnement politique et social général. La principale voie de solution réside par conséquent dans la mise en place d'un environnement institutionnel sûr et rassurant pour tous les citoyens, renforcé par le respect des valeurs et la mise en pratique des principes de la bonne gouvernance. Les autres considérations liées au statut, à la composition ou aux missions des forces de défense et de sécurité peuvent trouver des réponses satisfaisantes si et seulement si l'environnement ainsi défini est mis en place.

55.Pour terminer, nous voudrions attirer l'attention des participants aux présentes négociations sur le fait que nous devrions tout mettre en oeuvre pour mettre fin aux dures épreuves endurées par le peuple burundais en procédant à la cessation immédiate et sans condition des violences et des hostilités de toutes natures. L'UPRONA lance à cette occasion un vibrant appel au Facilitateur, aux observateurs ci-présents et aux pays limitrophes de nous apporter tout le concours nécessaire pour que ce voeu devienne enfin réalité.

Copyright ©1998-1999 Great Lakes Press. All rights reserved. To receive our news wire, please send your e-mail to: gl_press@videotron.ca. If this item is redistributed, published or used for broadcast, the content must not be changed and credit must be given to: UPRONA

http://pages.infinit.net/glp/index.htm


AN: La situation est plus complexe que ça. L'histoire a montré que Buyoya peut se lier avec n'importe qui pourvu qu'il accepte de défendre ses intérêts. Les plus grands défenseurs politiques de Buyoya n'ont pas toujours été de Bururi. Feu Mayugi Nicolas était de Muyinga. Feu Hatungimana Fridolin était de Muramvya. L'actuel Bararunyeretse Libère est de Karusi. L'actuel Manwangari Jean Baptiste est de Kirundo. Cependant, la majorité des hauts officiers qui maintiennent actuellement son régime en vie sont de Bururi. Mais de ce côté aussi, Buyoya y introduit souvent de désagréables surprises. Ne dit-on pas dans les milieux de Bujumbura que c'est Buyoya qui aurait commandité les accidents des fois mortels de l'ancien Ministre de la défense le Colonel Firmin Sinzoyihebura, l'ancien Chef d'Etat Major Colonel Ndakazi Edmond, et qui aurait aussi tenté de tuer le Colonel Maregarege Léonidas, pourtant tous de Bururi. Ceci n'est pas du tout de l'intox. Buyoya est donc un être tout à fait imprévisible. Cependant, les tentatives de Buyoya pour approcher Ndayikengururkiye Jean Bosco ont aussi eu lieu à travers justement Nzojibwami Augustin. Le problème est que la guérilla dirigée par Ndayikengurukiye n'est pas aussi facilement accrochable. Si ce dernier peut être tenté de suivre son aîné dans l'union avec Buyoya dans leur aventure régionaliste, il n'est pas évident que toutes ses troupes l'auraient suivi. C'est ce qui a posé problème à Buyoya et Nzojibwami. Donc que ce soit au Frodebu, que ce soit au FDD, le plan de Buyoya ne marche pas comme espéré. Au contraire...


AC-GENOCIDES

7 juin 1999:
Vers 3 heures et demi du matin, les habitants de Mutanga sud ont été brusquement interrompu par des coups de rafale à l'arme automatique. Durant 5 minutes, les agresseurs ont mitraillé le mur servant de clôture du domicile de M. Libère Bararunyeretse, conseiller principal du président de la république.


Quelle(s) démocratie(s) pour la région des Grands Lacs ?

Hervé Guillorel

En effet, la seconde Chambre du Parlement peut être (et est presque toujours) élue selon des critères différents. Et il est vrai que la distinction Tutsi-Hutu peut être prise en compte ici à divers niveaux, soit directement si on propose que ces groupes soient représentés en tant que tels (les Tutsi minoritaires de fait dans la première chambre, disposeraient dans la seconde d'une représentation sans rapport avec leur force numérique), soit indirectement dans la mesure où cette seconde chambre représenterait des collectivités territoriales inférieures dont certaines d'entre elles seraient contrôlées par les Tutsi.
    L'un des problèmes reste le fait que d'un côté on cherche par principe à ne pas tenir compte des appartenances régionales, religieuses, ethniques ou sociales, mais que ces appartenances restent prégnantes en fait ou en droit.
    Prenons un exemple : en 1988 est mise sur pied, au Burundi, une Commission nationale chargée d'étudier la question de l'unité nationale. Cette Commission aux pouvoirs strictement consultatifs était composée de 24 membres et strictement paritaire (12 Hutu et 12 Tutsi), mais selon son coordinateur Libère Bararunyeretse, " les membres de la Commission ne viennent pas y siéger en tant que représentants d'une ethnie, d'une région, d'une confession, ou d'un secteur socio-professionnel, etc. Ils participent aux travaux en tant que citoyens burundais, chacun avec sa sensibilité propre " (Jeune Afrique n° 1481, 24 mai 1989).
    La fiction juridique ne résiste pas à la réalité des faits ; de la même façon, nous savons très bien qu'un député en France tout en étant censé n'être qu'un représentant de l'ensemble de la Nation française, se comporte très souvent comme un représentant " corporatiste " de la circonscription électorale qui l'a élu.


Tenue de la première session du sénat de la transition

Itek@ 4 février 2002. Le sénat de transition a tenu ce lundi 4 janvier 2002 sa première session. En effet, selon le président élu, Libère Bararunyeretse, trois missions principales reviennent à cette institution notamment l’élaboration, la discussion et le vote des lois entre autres celles prévues, par l’accord d’Arusha. Le sénat participera également à la prise d’un certain nombre de décisions émanant du pouvoir exécutif, notamment la nomination à un certain nombre de postes de haute responsabilité au sein du pays, a ajouté Libère Bararunyeretse.

Enfin, le sénat à la vocation de suivre l’action gouvernementale notamment celle de suivre la mise en application de l’accord d’Arusha, a renchérit le président du sénat de transition.

Signalons que la tenue de cette première session visait la mise en place du bureau du sénat de transition. Ainsi, Libère Bararunyeretse, Pierre Claver Nahimana, Nestor Nitunga, Clotilde Bizimana, Raphaël Bitariho ont été respectivement élus président du sénat, première vice-président, secrétaire général et secrétaire général adjoint.


Buyoya demande l'aide de l'ONU pour mettre fin à la violence

Libere Bararunyeretse, un Tutsi, a été élu président le même jour, tandis que Pierre-Claver Nahimana, un Hutu, a été élu vice-président. Les 54 sénateurs ont été élus le 25 janvier. Parmi eux, figurent deux anciens présidents, tous deux renversés lors de coups d'Etat conduits par Pierre Buyoya. Jean-Baptiste Bagaza, qui a pris le pouvoir en 1976 a été renversé en 1987 lors du premier putsch de Buyoya et Sylvestre Ntibantunganya, qui était devenu président en 1994, a été renversé en 1996.


Burundi/Processus de paix: Le sénat Burundais a élu son bureau

Libère Bararunyeretse, un Tutsi de l'Union pour le progrès national (UPRONA), parti de l'actuel chef de l'Etat Pierre Buyoya, en a été élu président ; Pierre Claver Nahimana, un Hutu du principal parti d'opposition, le Front pour la démocratie au Burundi (FRODEBU), premier vice-président ; et le colonel Nestor Nitunga, deuxième vice-président. Font également partie de ce bureau Clotilde Bizimana, élue au poste de secrétaire générale et Raphaël Bitariho, élu à celui de secrétaire général adjoint.


 

 

 

 

 

 

 

AGnews
BURUNDI TODAY'S
©AGnews 2002 : The information provided in this product is for personal use only.

 


www.burundi-sites.com - bur@burundi-sites.com

 


AGnews 2002